Ce qu’il faut savoir pour choisir son ciment

Le ciment est un élément incontournable de la maçonnerie. Tant à faire de béton que de mortier, le ciment s’avère indispensable. Il existe différents types de ciment. Ainsi, il faut choisir selon l’usage à en faire. Voici l’essentiel à connaître avant d’opérer un choix idéal de ciment.

Les qualités de ciment disponibles

Tenant compte de la destination et surtout de l’usage, il y a différentes catégories de ciments. Basé sur les normes NF EN 197-1 en vigueur, on distingue les :

  • ciments Portland, constitué de 95% de clinker et de 5% de constituants secondaires ;
  • ciments Portland composés, constitué d’un minimum de 65% de clinker ;
  • ciments de hautfourneau, constitué de 5 à 64% de clinker et de laitier granulé de haut-fourneau ;
  • ciments pouzzolanique, fait de 45 % de clinker.

Le plus couramment utilisé parmi ces ciments est le Portland, encore appelé CEM1.

Les types de ciments disponibles à la vente

Il existe sur le marché plusieurs sortes de ciments. On distingue les ciments gris, les ciments blancs, les ciments réfractaires et les ciments à prise rapide.

Les ciments gris

Les ciments gris sont les plus répandus. Ils sont utilisés pour faire du mortier et du béton. Ayant des caractéristiques de résistances particulières, les ciments gris sont utilisés tant en milieu humide que pour des travaux souterrains. Ils servent à faire une chape, un joint de pierres, une pose de briques et de parpaings et à enduire des façades. Encore appelés ciments tous travaux, ils se retirent très rapidement lors d’une mise en œuvre. Le dosage est relatif à la tâche à exécuter et est indiqué sur le sac d’emballage.

Les ciments blancs

Les ciments blancs sont des ciments faits à base de très pures matières premières. Il s’agit du calcaire et du kaolin. On s’en sert pour des travaux courants internes comme externes. Les ciments blancs servent, la plupart du temps, à faire des enduits décoratifs, à joindre de mortier ou à réaliser un béton blanc. Grâce à leur finesse et à leur résistance, ils peuvent être utilisés pour le carrelage, les seuils de portes et les appuis de fenêtres. Le sac d’emballage comporte les informations relatives au dosage.

Les ciments réfractaires

Encore appelés ciments alumineux, les ciments réfractaires sont composés d’une grande quantité d’oxyde d’aluminium. Ce qui leur permet d’être résistants aux très hautes températures. Ils ont utilisé pour le béton et le mortier dit réfractaire. De même, on recourt aux ciments réfractaires lors des réalisations qui sont soumises au feu. On retient essentiellement leur usage pour les cheminées, barbecues et les fours à bois.

Les ciments à prise rapide

Les ciments à prise rapide sont également appelés ciments prompts. Obtenus grâce à la cuisson du calcaire argileux à basse température, ils sont utilisés pour sceller des éléments, boucher des trous et pour restaurer des façades et des moulures. De plus, les ciments à prise rapide servent à des travaux en milieu humide. Il faut un planning adéquat avant de se servir des ciments à prise rapide. Le dosage dépend de l’usage et est indiqué sur le pack d’emballage.

En somme, pour choisir son ciment, il faut prendre connaissance des différents types de ciments qui existent. Ainsi, compte tenu de l’usage, on identifie le ciment adéquat. Toutefois, le ciment bas carbone comme celui-ci est désormais la priorité des industries de fabrication du ciment et doit retenir votre attention lors du choix du ciment.

Laisser un commentaire