Le règne animal se divise en plusieurs branches. Les oiseaux et les mammifères qui sont des animaux à sang chaud. De l’autre côté, on a les reptiles et les poissons qui sont presque tous des animaux à sang froid. Mais peut-on vraiment parler de température du sang ? Et qu’est-ce qui caractérisent ces animaux. Découvrons la réponse dans cet article.

Pourquoi parle-t-on de température du sang ? 

À vrai dire, il est incorrect de se référer à la température du sang, car on retrouve de nombreuses espèces animales qui ne possèdent pas de sang. On peut citer les méduses par exemple ou les éponges et on ne pourra donc pas les classer dans la liste pourtant ils restent des êtres vivants. On devrait ainsi parler de la variation de la température du corps.

De plus, les animaux à sang froid peuvent monter leur température interne jusqu’à plus de 40 °C et à l’inverse, les animaux à sang chaud peuvent voir la température de leur sang descendre jusqu’à 30 °C et même moins.

Comment devrait-on alors classer les animaux ?

Comme il a été dit plus haut, l’expression correcte devrait se référer à la température interne qui serait fixe ou variable. On parle alors d’animaux homéothermes et d’animaux ectothermes.

 

Les animaux homéothermes

Commençons par les animaux dont la température interne est plus ou moins fixe. Ce qui caractérise les animaux homéothermes (on fait référence ainsi aux animaux à sang chaud), c’est leur capacité de thermogenèse. La thermogenèse est la faculté du métabolisme à produire de la chaleur. Ainsi, peu importe la température externe, la température corporelle reste la même ou du moins varie, mais faiblement.

La fièvre par exemple est une réaction de défense de l’organisme contre une infection. Pendant l’hiver ou lorsque la température externe descend, les extrémités du corps sont plus froides, car les vaisseaux sanguins y sont moins nombreux. Les animaux à sang chaud dépensent une grande quantité d’énergie afin de réguler leur température corporelle. Voilà pourquoi les homéothermes doivent se nourrir plus souvent.

Cependant, parmi les animaux à sang chaud on distingue les hétérothermes. Ce sont les animaux qui hibernent comme l’ours et on leur attribue ce nom, car ils sont capables de baisser leur température corporelle. Ainsi ils dépensent moins d’énergie et peuvent résister à la famine pour un long moment.

 

Les animaux ectothermes

À l’opposé, on retrouve les animaux « à sang froid » ou ectothermes dont la température interne change en fonction de l’environnement dans lequel l’animal se trouve. Il n’est pas rare ainsi de trouver des animaux ectothermes mourir lorsqu’il fait froid, car leur température a trop baissé. Contrairement aux homéothermes, ces animaux ne peuvent pas produire de la chaleur. Ils sont contraints de trouver plusieurs stratagèmes pour se réchauffer afin que leur métabolisme fonctionne correctement.

Le crocodile de Madagascar par exemple va se prélasser au soleil pour augmenter sa température interne. S’il a trop chaud, il va plonger dans l’eau et ainsi de suite. On peut également entendre parler d’animaux poïkilothermes. Ils regroupent toutes les espèces dont la température peut varier.

Laisser un commentaire